Accueil » Découvrez la méthode Seirul-lo : la périodisation du Barca

Découvrez la méthode Seirul-lo : la périodisation du Barca

Francisco Seirul-lo Vargas, plus connu sous le nom de Paco Seirul-lo, est une figure méconnue du FC Barcelone. Pourtant son influence au sein des sections sportives de l’institution catalane (basket-ball, handball, hockey, rugby et évidemment football) est énorme ! Décryptage de son modèle de périodisation baptisé « Modèle Cognitif » ou encore « Entraînement Structuré » utilisé notamment par Pep Guardiola.

Guardiola, Buenaventura, Busquets et Seirul-lo
Paco Seirul-lo (à dr.) en discussion avec Pep Guardiola, Lorenzo Buenaventura et Carles Busquets

Pour beaucoup, le FC Barcelone est le club de tous les fantasmes. Ainsi, tout ou presque a été écrit sur ce club, son modèle de formation ou sa méthodologie. Nous avons entre-autres pu entendre que les joueurs jouent ensemble depuis toujours, que toutes les équipes jouent en 4-3-3, ou encore qu’il n’y a pas de préparation physique en présaison. Mais une chose que je n’ai jamais pu lire sur Internet concerne son modèle de périodisation : le modèle cognitif.

Ce modèle a été créé par Paco Seirul-lo professeur à l’Institut National d’Éducation Physique de Barcelone. Ce dernier est également préparateur physique depuis plus de 20 ans au sein du FC Barcelone. Le nom du modèle vient de la théorie du cognitivisme en réponse aux théories actionistes. Ces dernières soutiennent que seul ce qui est observable ou mesurable doit être pris en considération. Selon les actionistes, on ne devrait donc pas tenir compte des émotions, désirs ou pensées des athlètes. Pour Seirul-lo, ceci est bien trop réductionniste…

Pour Seirul-lo, l’athlète est au centre de tout

Même si la méthode de Seirul-lo partage beaucoup de points communs avec la périodisation tactique, le point de départ est radicalement différent. Dans la périodisation tactique, c’est le jeu qui va influencer le joueur alors que chez Seirul-lo c’est le joueur qui va influencer le jeu. Exemple : un ailier se retrouve en 1 contre 1 dans son couloir.

  • Dans la périodisation tactique, c’est le modèle de jeu qui va décider du reste de l’action. Si l’un des sous-principes veut qu’on soit en supériorité numérique pour continuer l’action, notre ailier devra donc attendre le dédoublement de son latéral pour continuer l’action
  • Dans la méthode Seirul-lo, le joueur pourra agir selon sa propre interprétation de la situation, ses besoins et ses intérêts. Dans ce cas, peut être voudra-t-il provoquer afin de gagner en confiance, sachant que le joueur face à lui est plus faible

Pour Seirul-lo les aspects mentaux du joueur relèvent donc d’une grande importance. La motivation intrinsèque, la satisfaction personnelle, l’envie d’apprendre ou l’estime de soi ne sont que quelques exemples. Il y a bien entendu d’autres aspects tout aussi importants que je vous propose de découvrir plus en détail :

facteurs de talent de seirul-lo

  • La capacité socio-émotionnelle est la capacité à interagir
  • La capacité émotionnelle-volontaire est la capacité d’identifier son rôle au sein d’un groupe
  • Les facteurs cognitifs sont la capacité à traiter l’information
  • La capacité créative et expressive est la capacité à s’imaginer faire quelque chose et l’exécution de cette pensée
  • Les facteurs de coordination sont la capacité à réussir les mouvements souhaités
  • Les facteurs de conditionsphysique sont la capacité à fournir un volume et une intensité de jeu

L’entraînement structuré de Seirul-lo : les types d’exercices

Maintenant que nous avons vu que le joueur est au centre de la méthode, voyons plus en détails les préceptes de périodisation. Pour Seirul-lo, il existe quatre classifications d’exercices :

  1. Généraux
  2. Dirigés
  3. Spécifiques
  4. Compétitifs

Les exercices généraux se rapprochent de la spécificité de la discipline sportive pour un facteur de condition physique donné (force, vitesse ou endurance). L’objectif de ces exercices est de fournir une base à l’athlète pour performer. Il n’y a aucun aspect cognitif dans ces exercices-là. Prenons un exemple pour développer la force : si l’athlète est basketteur on préconisera alors des exercices de musculation sur une presse (mouvement similaire à un saut). Pour le football on préconisera plutôt l’utilisation d’un Leg Extension (mouvement similaire à une frappe).

Les exercices dirigés vont se focaliser sur les mouvements spécifiques à la position du joueur. On intègre ici les facteurs de coordination ainsi que des aspects cognitifs non-spécifiques. La charge de travail sera similaire à celle d’un match. Un exemple serait un circuit technique combinant le ballon avec des éléments de condition physique. La vidéo ci-dessous en est un parfait exemple :

Les exercices spécifiques utilisent le jeu comme élément principal de travail. Les aspects cognitifs sont cette fois-ci clairement spécifiques au football. C’est également dans ces exercices que l’on cherche à faire progresser nos joueurs techniquement et tactiquement. La charge de travail est à nouveau équivalente à une charge de match. Un exemple d’exercice serait un jeu de conservation à 4 contre 4 avec 3 jokers.

Les exercices compétitifs cherchent à dépasser (ou du moins égaler) la qualité des actions développées en match. Les positions et rôles des joueurs seront les mêmes qu’en match avec pour but le développement tactique des joueurs. Exemple : un match à 11 contre 8 afin d’améliorer les principes défensifs de nos deux premières lignes.

L’entraînement structuré de Seirul-lo : les microcycles

Tout d’abord rappelons rapidement ce qu’est un microcycle. Il s’agit du temps qui sépare un match d’un autre. Pour la plupart d’entre nous, il s’agit donc d’une semaine d’entraînement. Comme pour les exercices, Paco Seirul-lo a classifié les microcycles en cinq types :

  1. Préparation
  2. Transformation dirigée
  3. Transformation spécifique
  4. Maintien
  5. Compétitif

Le microcycle de préparation est appliqué au cours des trêves (estivale/hivernale) ainsi qu’à la première semaine de reprise. Durant les trêves, les joueurs effectuent des exercices généraux. A la reprise, on alterne des séances d’exercices généraux et dirigés combinées avec des exercices spéciaux.

Le microcycle de transformation dirigée débute dès la deuxième semaine de reprise jusqu’à la semaine qui précède le premier match officiel. Durant cette période on applique des exercices dirigés et spéciaux. Si les joueurs ont bien suivi le programme durant le microcycle de préparation, il ne devrait donc plus y avoir besoin de recourir aux exercices généraux. On cherche ici à atteindre un niveau de condition physique optimal rapidement afin de n’avoir qu’à le maintenir au cours de la saison.

Seirul-lo expliquant son modèle
Paco Seirul-lo en conférence

Le microcycle de transformation spécifique s’applique durant toute la phase de compétition. On applique ici des séances à dominantes spécifiques et dirigées.

Le microcycle de maintien est également appliqué durant toute la phase de compétition. Les séances à dominantes spécifiques et dirigées sont équilibrées par des séances compétitives.

Le microcycle compétitif s’utilise lors des semaines de matches importants ou lorsqu’il y a plus d’un match dans la semaine. Les séances seront ici exclusivement spécifiques et compétitives.

Particularités du modèle Seirul-lo & Conclusion

Nous avons ainsi vu ci-dessus les trois grands principes du modèle cognitif de Seirul-lo. Comme pour toute méthodologie, il est impossible de tout couvrir en un seul article. Nous allons cependant voir ensemble quelques particularités de cette méthode en guise de conclusion.

Premièrement, aviez-vous remarqué qu’à part les exercices généraux, tous les autres incluent le ballon ? Seirul-lo défend la théorie que les éléments d’un sport collectif ne peuvent être séparés. Il faut donc systématiquement que la condition physique, la technique et le cognitif soient stimulés dans les exercices. Pour lui, l’entraînement ne signifie pas une répétition de mouvement mais plutôt de fournir un maximum d’expériences/situations au joueur afin qu’il fasse le lien entre son environnement et lui.

De plus, il recommande également d’inclure beaucoup de variations d’un même exercice afin de stimuler la plasticité du cerveau des joueurs. Lors d’une interview, il raconte qu’au Barca il n’y a jamais deux séances identiques. Jamais. Il y a ainsi obligatoirement une variation dans l’intensité, l’objectif ou les exercices utilisés. Il va donc jusqu’à interdire d’utiliser deux fois le même exercice dans le même microcycle ! Et si un exercice est répété, la même variation ne peut être utilisée qu’après 5 semaines et pas plus de trois fois dans la saison.

Trophées BarceloneEn conclusion, comme pour la périodisation tactique, nous pouvons constater que rien n’est laissé au hasard. Que ça soit dans l’une ou l’autre des méthodologies, tout est pensé dans les moindres détails. Bien que ça ne soit pas la seule cause du succès de ces méthodes, elles ont indéniablement un rôle majeur dans ceux-ci. Pas étonnant que Guardiola ait offert une place à Seirul-lo au sein de son staff lorsqu’il entraînait au FC Bayern Munich. Qui sait ce qu’il se serait alors produit s’il avait accepté…

Crédits images & vidéos

  • Soccer Science Lab
  • Miguel Ruiz – Mundo Deportivo
  • Image personnelle
  • FC Bayern München – Youtube
  • Entrenamientodeportivo
  • Miguel Ruiz – Gettyimages

2 Commentaires

  1. aw

    Bonjour Prud’homme,

    L’article a pour principale sources les excellents livres de Javier Mallo “Complex Football” et “Periodization Fitness Training” que vous pouvez commander directement sur Amazon en cliquant sur les images ci-dessous:

    Attention, ces livres sont toutefois en anglais.

    Cordialement

  2. Méthode très interessante. Est-il possible d’obtenir les sources de cet article ? L’idée est d’approfondir cette recherche pour mon expérience professionnelle.

    Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*