Accueil » Le Toro : tous les secrets d’un exercice mal exploité

Le Toro : tous les secrets d’un exercice mal exploité

La star des exercices à l’entraînement c’est lui : Le Toro ! Mais pourquoi ce jeu est-il autant prisé des joueurs et des entraîneurs ? Pourquoi certains le travaillent à chaque entraînement alors que d’autres ne l’utilisent que pour combler les trous de leurs séances ? Quels sont les secrets qui se cachent derrière cet exercice ? Prenons le toro par les cornes et tentons de dépecer cet exercice !

Facile à mettre en place pour les entraîneurs, apprécié des joueurs, le toro fait partie des incontournables des séances d’entraînement. Ce jeu aurait été inventé en 1957 par Laureano Ruiz alors formateur au sein du FC Barcelone. Le toro serait donc une invention espagnole et s’appelle d’ailleurs un “rondo” dans la langue de Cervantes. Au départ il s’agissait d’un 2 contre 2 avec 1 joker qui jouait avec l’équipe en possession. Le but premier était de trouver des triangulations grâce à la supériorité numérique amenée par le joker. Comme toute chose, le toro a évolué et de multiples variations existent aujourd’hui.

toro classique
Disposition classique d’un toro

La disposition classique du toro est de former un cercle de 3 à 10 joueurs en possession du ballon. Au milieu, 1 à 2 joueurs cherchent à le récupérer. Mais il ne s’agit pas de la seule ! Il existe une multitude de variations. En fait, tout exercice qui offre une supériorité numérique à l’équipe en possession du ballon est une forme de toro. Dans cet article, nous analyserons la version traditionnelle illustrée par la photo ci-contre. Vous allez le voir, cet exercice est d’une grande richesse !

Entrez dans l’arène, à quoi sert le toro ?

Dans les clubs où j’ai travaillé, les entraîneurs considéraient le toro de façon variable. Pour certains, ce n’était qu’un jeu que les joueurs faisaient d’eux-mêmes avant la séance. Pour d’autres, il s’agissait d’un exercice à faire en fin d’échauffement afin d’instaurer un climat de travail agréable. Mais très peu d’entre eux percevaient le moyen exceptionnel d’apprentissage qu’il représente.

L’un des éléments les plus importants de cet exercice est qu’il contient les composants principaux d’un match. Des coéquipiers, des adversaires et un ballon. Les coéquipiers améliorent la communication verbale et non-verbale entre les joueurs (mouvements, appels de balle, démarquage). Les adversaires obligent le joueur en possession à prendre une décision (quelle passe est la plus intéressante pour l’équipe ? Est-elle réalisable ? Où sont les adversaires ?) Le ballon permet de travailler l’exécution des gestes résultant de la prise de décision (contrôles, prises de balle, passes).

Pour Guardiola, formé comme joueur puis entraîneur au Barça, le toro est présent à chaque entraînement durant environ vingt minutes. C’est dire l’estime qu’il a pour cet exercice ! Beaucoup diront que c’est pour entraîner la possession, la marque de fabrique de ses équipes. Et la vidéo publiée par le Bayern Munich ci-dessous pourrait leur donner raison.

Décortiquons cette vidéo. Nous avons 7 joueurs qui forment l’équipe en possession du ballon. Face à eux,  2 joueurs qui cherchent à le récupérer. La surface de jeu est d’environ 6x6m et les joueurs n’ont droit qu’à une touche de balle. L’exercice dure 46 secondes durant lesquelles 61 passes sont effectuées sans que les joueurs n’arrivent à récupérer le ballon. Si nous n’allons pas plus loin, alors oui ce fut une magnifique séquence de possession. Mais vous avez envie d’aller plus loin, n’est-ce pas ? Alors allons plus loin…

Devenir Matador : Comment coacher le toro ?

Si je vous dis que la séquence de possession n’a duré “que” 17 passes, que diriez-vous ? Certainement que je suis fou puisque le ballon n’a été touché par le défenseur qu’après 61 passes ! Mais voyons ce qui arrive sur la 18ème passe…

  toro bayern 1 toro bayern 2 toro bayern 3

Alors qu’a-t-elle de plus que les autres… ? Vous l’avez ? !

Elle passe entre deux joueurs ! C’est ce qu’on appelle une passe dans l’intervalle. Elle oblige les défenseurs à se retourner pour continuer à défendre. En remettant le toro dans le contexte du match, cela signifie que ces joueurs-là sont derrière le ballon. Ils doivent maintenant défendre en courant en direction de leur but. Ils ont donc été “éliminés” . Un exemple avec Guti :

Si l’on analyse la suite, on se rend compte que cette passe a complètement désorganisé les joueurs au centre. Il faut dorénavant 5 passes maximum aux joueurs pour réussir à trouver un intervalle. Au total, sur 61 passes effectuées, 10 l’ont été dans un intervalle.

Voici donc une façon de coacher le toro : chercher les intervalles. Et sans connaître personnellement Guardiola, je suis certain que c’est l’objectif prioritaire fixé à ses joueurs. Et si nous devions séquencer cet objectif, il serait, dans l’ordre :

  1. Communication non-verbale entre les joueurs (se montrer dans un intervalle)
  2. Prise de décision (la passe dans l’intervalle est-elle réalisable ?)
  3. Exécution du geste suite à la prise de décision (si oui, je fais une passe dans l’intervalle. Si non, je joue une passe avec les partenaires à mes côtés en attendant une nouvelle ouverture)
toro théorie
Les lignes de passes possibles dans un toro : La première n’élimine aucun adversaire. La deuxième élimine les adversaires en les contournant. La troisième élimine les adversaires en les traversant. C’est cette dernière qui a le plus d’intérêt et qu’il faut donc rechercher

Novilla, Ternera, Vaca… Les variations du toro

Lors de l’introduction, nous avons vu que tout exercice offrant une supériorité numérique à l’équipe en possession est un toro. Dans ce cas, les possibilités de variations de cet exercice sont pratiquement infinies ! J’ai choisi d’en partager une avec vous. C’est un exercice que j’utilise souvent car, comme le toro, il est très complet.

toro variation
Une variation parmi d’autres du toro

Formez trois équipes de 4 à 5 joueurs. Les deux équipes aux extrémités jouent contre l’équipe du milieu. Lorsque le ballon est engagé, 2 joueurs de l’équipe du milieu viennent dans la zone pour tenter de le récupérer. S’ils y parviennent, ils le transmettent aux coéquipiers restés au milieu. Mieux encore, ils peuvent marquer dans un mini-but derrière la zone des bleus (si vous en avez).

Le but pour les bleus et les rouges : se transmettre le ballon sans que les jaunes ne réussissent à l’intercepter. Lorsque le ballon atteint l’équipe à l’opposé, les deux joueurs jaunes de la zone centrale vont tenter de le récupérer. Les deux autres retournent au milieu.

Il y a énormément de possibilité de coaching dans ce jeu, tout dépend de vos objectifs durant la séance. Si vous cherchez à améliorer :

  • la conservation. Concentrez-vous sur l’équipe en possession et sur les notions “occuper l’espace” et “voir et être vu” .
  • la progression du ballon. Focalisez-vous sur l’équipe en attente à l’opposé et sur les notions “se montrer dans les intervalles” .
  • la pression sur le porteur. Portez votre attention sur les défenseurs qui sont dans le camp adverse et sur les notions “orientation” et “pression” .
  • la couverture. Soyez attentif aux deux joueurs restés au milieu et sur les notions “déplacement ensemble” et “couverture des coéquipiers” .

Le topo sur ton poto le toro

En raison de la vastitude du sujet, il m’est impossible de tout aborder dans cet article. Néanmoins, je pense qu’il offre une base pour que vous commenciez à faire du toro un exercice à part entière.

Précédemment, nous nous sommes concentré sur une façon de coacher le toro (chercher les intervalles). Mais il en existe beaucoup d’autre ! Vous pouvez par exemple vous focaliser sur le changement de jeu. Dans ce cas, demandez aux joueurs de trouver le joueur à l’opposé du porteur de balle en deux passes. Tout dépend de vos objectifs et de ce que vous souhaitez voir de la part de vos joueurs. Par exemple, Diego Simeone utilise le toro pour travailler les techniques défensives de ses joueurs (pression, couverture) !

Finalement, on voit donc qu’avec très peu de matériel, il est possible de créer un exercice extrêmement complet. Un exercice qui retranscrit des situations de jeu de manière fidèle. En fait, le secret est dans votre coaching. Vous devez savoir précisément ce que vous voulez voir de vos joueurs et ne pas vous laisser distraire. A partir de là, vos entraînements seront de meilleure qualité. Il n’y a qu’à voir l’attention que porte Simeone sur ce qui se passe devant lui dans la vidéo ci-dessus !

En définitive, le toro est probablement l’un des jeux les plus complet qui soit. Grâce à lui, les joueurs améliorent leurs communication verbale et non verbale ainsi que leur technique dans les petits espaces. Tout ceci en travaillant sur une multitude d’objectifs tactiques que vous fixez et par des formes différentes. Et surtout, surtout, les joueurs adorent ça ! Pas étonnant donc que les plus grands coaches comme Guardiola le chérisse autant…

Crédits images & vidéos :

  • James Callow – TheFA
  • Sportyou
  • FC Bayern München – Youtube
  • majox88 – Youtube
  • Images personnelles
  • JOSE Silva Caparros – Youtube

6 Commentaires

  1. aw

    Merci Michel pour ce lien qui permet de dater de façon précise la création du toro. L’article a été mis à jour en conséquence

  2. Article super intéressant.
    Le toro est généralement placé en France à l’échauffement ou en pré échauffement et souvent de manière simplifié.
    Votre explication montre les possibilités immenses qu’ouvre le rondo , je préfère ce terme , à l’origine un exercice de 1957 crée par Laureando Ruiz le père de la massia du barça (cf http://www.mundodeportivo.com/20140804/fc-barcelona/laureano-ruiz-yo-invente-el-metodo-barca-cruyff-y-guardiola-lo-copiaron_54413484578.html) et du jeu d barça qu’à ensuite perfectionné Cruif qui a été son élève.
    Tous les exercices techniques en dehors du tir sont inclus ainsi que tous les principes tactiques .

  3. aw

    Merci Rian

  4. Ahmidou Rian

    trés intérressant.

  5. aw

    Merci Didier

  6. bargibant didier

    excellent .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*